Présentation de l'ouvrage

Cahier 6

Les Cahiers de la Sainte Baume

Marie Madeleine repose-t-elle à Saint-Maximin ?

CAHIER 6

 

Imprimerie : 48 pages
Prix : 5,50 €

Visitez la page des Extraits de ce Cahier !

Le Père Henri Lacordaire déclarait en 1859:

"Le tombeau de Marie Madeleine à Saint-Maximin est le troisième tombeau du monde. Il vient immédiatement après le tombeau de Notre Seigneur à Jérusalem et celui de Saint Pierre à Rome."

Cette déclaration au siècle dernier du grand prédicateur dominicain n'était pas un simple effet oratoire, mais la conclusion mûrement réfléchie de l'étude approfondie qu'il avait entreprise pour rédiger son admirable ouvrage sur sainte Marie Madeleine (réédité en 1984 par les Editions de l'Ouvert).
La conviction du Père Lacordaire sur la venue de sainte Marie Madeleine en Provence, avec d'autres compagnons et compagnes proches du Seigneur, rejoignait la conviction de tant et tant d'autres hommes célèbres au cours des siècles, pourtant peu enclins à adhérer à ce qui n'aurait été qu'une pieuse et naïve légende.
L'adhésion à cette tradition solide et sérieuse, par son appui sur un nombre important de documents et de monuments, n'est pourtant plus de mise aujourd'hui. Pourquoi ? Il faut reconnaître que nos mentalités modernes n'ont souvent qu'ironie ou scepticisme par rapport aux choses du passé. Mais plus souvent, par rapport à l'histoire qui nous a faits, nous nous satisfaisons, sans examen et sans recherche personnelle, des conclusions données par quelque célébrité intellectuelle au goût du jour. Dans le domaine du savoir, le seul argument d'autorité semble avoir repris tous ses droits.

"Les lieux saints sont au monde ce que les astres sont au firmament, une source de lumière, de chaleur et de vie"

disait encore le Père Lacordaire. Puissions-nous les préserver de l'oubli, lequel conduit rapidement à la profanation, comme les forêts et les campagnes "oubliées" par les hommes deviennent vite la proie des flammes avant de n'être plus qu'un désert muet et sans vie. Qu'il me soit permis par ce N°6 des "Cahiers de la Sainte-Baume" d'extraire de l'oubli l'histoire très riche de ces lieux saints de Marie Madeleine avant qu'ils ne soient profanés et abandonnés !
Le prince Charles de Salerne a-t-il vraiment redécouvert en 1279, dans la crypte de Saint-Maximin, le corps de sainte Marie Madeleine caché en 710 par crainte des Sarrasins ? L'étude attentive, minutieuse et sans à priori, des nombreux documents relatant cette découverte, ainsi que des monuments liés à celle-ci, devrait nous permettre d'avoir un jugement et une conviction mieux établis sur cette question.
Pour faciliter la lecture de mon exposé, j'ai préféré reporter tout le côté polémique et critique dans des "Notes" et des "Annexes".

La Sainte-Baume, le 1er décembre 1989
Fr. Philippe DEVOUCOUX du Buysson, o.p.

  web compteur